Le top 11 à apprendre en 7 ans

Le top 11 à apprendre en 7 ans

Tu t’imagines, marcher durant 7 ans, tous les jours, par moment sans rien voir, par moment, avec une belle visibilité, où tu arrives même à voir la belle montagne au loin ? Je suis tombé des centaines de fois, et je me suis relevé à chaque fois, pour apprendre de mieux en mieux à marcher, apprendre de mes erreurs !

apprendre à marcher

Je vais te présenter ici, en direct live, sisi, le top 11 de ce que je ferai maintenant.

bon tu verras, c’est un objectif, pas une fin en soi

Le but ici, c’est d’apprendre de ses erreurs, et voir comment s’améliorer, toujours s’améliorer.

Aller, tu es prêt-e, tiens toi bien, c’est partie … ah non, j’ai oublié de te dire :
cet article fait évidemment parti de la série Entreprendre pendant 7 ans, ça donne quoi ?

Top 1. Ecouter ma femme

Je commence fort, et pourtant, je le pense vraiment. A plusieurs reprises, ma femme, cette personne qui vit avec moi depuis des années, et qui, je pense, connaît qui je suis, par moment mieux que moi, a eu de sublimes intuitions, ou de très bons raisonnements.

Alors, si j’ai bien compris, un entrepreneur doit toujours être en couple, c’est ça ?

Non non, je t’arrête tout de suite, ce n’est pas ce que je veux dire ici.

Un-e entrepreneur-e a souvent des intuitions, des réflexions qu’il se fait, qu’il a.
Le plus dur, avec toute l’activité que tu as, ou auras, cela va être de l’écouter cette petite voix. Elle chuchotte la plupart du temps, tel un enfant qui n’ose pas prendre la parole en public.

Alors si tu n’écoutes pas trop ton intuition, prends la personne qui est la plus proche de toi, et la plus bienveillante (pas la bienveillance nian-nian, ben-oui-cest-genial-ce-que-tu-fais).

Tu verras elle te dira des choses du genre : j’ai pas confiance en ce type ou bien, là, si j’étais toi, je ne signerai pas ça.

Attention, je fais bien la différence ici avec les personnes parasites qui t’empêchent d’avancer. Je t’en parlais lors d’un dernier article, où je te conseillais de ne pas les écouter.

L’anecdote

Durant un an, j’ai entamé un travail pour commencer une association avec une personne.

Ma femme m’a toujours dit : je ne le sens pas cette personne. Tu ne devrais pas t’associer avec lui.

Plein de paramètres étaient pourtant bons pour avancer avec lui, suivant la grille de contrôle établiE par mes soins.

Et plus j’avançais, plus je ressentais une boule au ventre (pas la boule du stress, une boule différente).

Le résultat : j’ai écouté les conseils de ma femme, pas d’association. Et j’ai bien fait, trois mois plus tard, il me faisait perdre un de mes plus gros clients.

Pour tes notes

Suis ton intuition, ou alors, entoures-toi d’une personne digne de confiance, qui ne soit pas avec toi dans le travail (ni associé-e, ni salarié-e), et écoutes-là d’une oreille toujours bienveillante. A tort ou à raison, ce n’est pas important, ça t’aidera toujours pour avancer !

écouter son intuition

Top 2. Chercher à me perfectionner plus vite

Lis-tu des livres ? Formes-toi avec des vidéos youtube ? Suis-tu des formations avec des partenaires, des centres de formations ?

Si je devais repartir de zéro, commencer ma première entreprise, je me formerai plus régulièrement.

Oui, mais l’entreprise te forme, c’est là, le vrai, le dur, de ton métier

C’est sûr, la vraie vie, l’école de la vie, quand tu entreprends, tu la découvres tous les jours. Et c’est là où tu peux apprendre en testant, corrigeant, de manière itérative.

Et que se passe-t-il quand ton entreprise vit une période longue de rush ?

L’anecdote

Durant les trois premières années de mon entreprise, j’ai consacré toute, vraiment toute mon énergie à la mise en place de la société. Nuits et jours, je travaillais pour elle, et pour mes salariés.

Au bout d’un moment, je trouvais que je manquais de feedback, de cas concrets, de critiques.

J’ai commencé à mettre en place un rituel : 1 vidéo youtube sur l’entreprenariat, sur l’amélioration de soi.

Oui, je l’ai mis en place, mais bien trop tard.

Pour tes notes

Ne te focus pas que sur ton entreprise, pense à apprendre des autres. Et ça, dès le début, voir même avant de créer ton entreprise.

Tu verras cela te sera vraiment bénéfique. Aujourd’hui sur youtube par exemple, tu as une mine de savoir à exploiter.

Trouves un rythme, quel qu’il soit, sans te bloquer si ça change un peu au début : par exemple tous les lundis, tous les samedi, durant ton vélo d’appart, en courant …

apprendre et entreprendre

Top 3. Construire un réseau encore plus vite

Quand tu commences ton activité, tu le sais qu’il faut bien s’entourer, qu’il faut avoir un réseau, et que c’est le réseau qui t’apportera du business, des clients.

Les débuts de l’entreprise, les rushs pour faire une levée de fond, les projets qui demandent beaucoup d’énergie sont autant de raisons pour ne pas construire son réseau.

A un moment l’on se réveille, et l’on se dit, hey mais mon réseau n’est pas bien développé, ou mal développé. Et là, le stress, les inquiétudes arrivent tu ne trouves pas ?

L’anecdote

J’ai connu trois pics de forte activité durant ma société : la création, la première croissance forte et les deux dernières années où la forte croissance a vu venir la chute forte de trésorerie.

Le premier pic, j’ai construit un réseau numérique, avant le réseau physique, par habitude professionnelle (on trouve assez facilement du travail par des sites d’appels d’offre).

Le second pic, j’ai commencé à développer mon réseau physique, avec des hauts et des bas (les rush intenses m’empêchant de bien être présent, je décalais souvent les rendez-vous réseaux).

Le dernier pic a été un électrochoc encore plus fort, et ma présence sur et dans les réseaux c’est améliorée, en ayant appris, de plus en plus de mes erreurs.

Il faut réussir à apprendre de ses erreurs, même en période forte ou trouble.

Pour tes notes

Bien que l’activité soit très intense les premières années, forces-toi à sortir, à voir du monde dans des réseaux professionnels.

Je dirais même qu’il faut te renseigner en amont de la création de ton entreprise si tu le peux.

Et surtout n’arrête jamais !

Je te conseille de faire à minima une soirée réseau par mois au début, pour t’habituer et de garder ce minimum comme seuil bas à ne jamais franchir.

créer son réseau dès le début de son entreprise

Top 4. Ne pas faire de sous-prestation

La sous-prestation, c’est le mal incarné ! Fuis la, autant que possible ! Tu ne t’en sortiras pas et en plus tu seras pris dans un engrenage tellement fort, que l’arrêt de la sous-prestation sera difficile.

 Ca t’a fait peur, avoues-le, au moins un peu ?

Quand tu cherches des contrats, de gros contrats, une stratégie ça peut être de contacter des entreprises qui font d’assez gros volumes, et qui sont déjà bien présents sur le marché.

Elles ont à priori des gros clients, vu le chiffre d’affaire qu’elles ont besoin de faire mensuellement.

Et donc travailler pour les sociétés qui ont des gros clients, ça peut te paraître être une bonne piste pour aller travailler directement chez les clients, en … sous-prestation.

Sauf qu’il y a un hic, l’entreprise ne te vendra pas, la plupart du temps, comme un freelance, une personne de ta société, mais comme un salarié de leur entreprise !

C’est tout le contraire de la marque grise, on appelle ça un contrat Marque blanche. Comment tu fais alors pour te faire connaître ? Pas super, tu ne trouves pas ?!

Le pire, c’est quand tu rencontres une entreprise qui te demandes de ne pas facturer le client en direct.

Attention, ici, même si je suis tranchant sur cette position, le faire, tout en connaissant les tenants et aboutissants est un acte plus intelligent, si ton contrat est bien ficelé (ce qui est difficilement le cas les premières années de ton entreprise, tu ne penses pas ?)

L’anecdote

Dans mon ancienne société, qui développait des logiciels, j’ai du travailler pour une société qui effectuait la direction de projets des logiciels d’un très gros client.

La société qui a souhaité travailler avec moi m’a demandé explicitement que je la facture, au lieu de facturer directement le client.

Pour quelles raisons ? Pouvoir appliquer une marge disproportionnée sans que le client soit au courant (je ne l’ai appris que plusieurs années après), et aussi empêcher une relation commerciale entre son client et ma société.

Alors qu’en fait, je travaillais pour son client, pas pour lui : il n’était in fine qu’un agent commercial. (Un agent commercial, on travaille avec lui avec des commissions qu’on impacte sur le prix de la facture au client, je t’en reparle très bientôt dans un prochain article)

Pour tes notes

Avant de travailler en sous-prestation, réfléchis bien aux conséquences que cela peut avoir.

Si tu penses qu’il s’agit plutôt d’un contrat d’apport d’affaires, travailles avec ton partenaire. Il est plus intéressant alors de penser à une commission sur chaque facture et non travailler en sous-prestation.

Si le client final exige la sous-prestation, assures-toi bien de ne pas trop y perdre. Il faut apprendre à bien construire  son contrat commercial.

Et fuis toute relation commerciale t’interdisant de pouvoir parler de ta société une fois chez le client.

bien préparer ses contrats

Aller on fait une pause, tu peux te reposer pendant une semaine : à la semaine prochaine !

Vu que tu comptes bien, tu remarqueras qu’il reste 7 points au top 11.

 

Et toi, parmi ces 4 premiers points, lequel as-tu déjà vécu ? Racontes-nous en commentaire !

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *