Prends ton vendredi, ou comment s’autoriser une pause

Prends ton vendredi, ou comment s’autoriser une pause

Ah vous êtes là ?!

Excusez-moi, je n’ai pas le temps, je dois avancer sur la mise en place de mon produit, j’ai un événement à préparer pour demain, j’ai aussi à appeler M. Simon pour voir s’il va continuer à travailler avec moi …

Je suis au bout du rouleau, vous ne voyez pas !

Prends ton vendredi, (fais une pause) risquais-je ?

Prendre son vendredi, se reposer

Plaisir d’entreprendre

Quand on aime on ne compte pas !

Quel plaisir quand tout avance comme on le souhaite !
On travaille avec acharnement à faire avancer son business, on travaille d’arrache-pied à tout bâtir de ses petites mains !

Ce sentiment de liberté que l’on éprouve est l’un des biens les plus précieux, vous ne trouvez pas !

Alors, on continue, on se booste tous les jours, on travaille encore et encore, sans jamais s’arrêter.

Et puis, à un moment l’on se dit, qu’il faut aussi rencontrer du monde, préparer, construire son réseau. Au delà du stress et des peurs que cela peut procurer pour certaines, certains, il est évident se dit-on qu’il faut avoir un réseau.
On prépare nos soirées, on va aux soirées : au début une fois par semaine, puis deux fois …

Le plaisir nous enivre

Une fois que l’on a goûté au plaisir des soirées réseaux, il est dur de s’en passer, n’est-ce pas ?!

Telle une coupe de champagne (ou un bon verre de rhum) lors d’une soirée, on commence à s’enivrer de tous ces plaisirs !
On est libre des soirées où l’on va, libre de sortir, enfin !

Et puis … tout s’accélère !

Une soirée en entraîne une autre, nous ne faisons plus deux soirées par semaine, mais quatre, et …
l’on se retrouve alors à sortir tous les soirs !

C’est grisant ! On rencontre des gens, on échange des cartes de visite, on obtient plein de cartes de visite !
Nous planifions des rendez-vous (déjeuner, café) pour apprendre à connaître les personnes que l’on a rencontrées.

Nous rentrons souvent tard, très tard même !

Oulà, il est déjà une heure du mat’ ! Va falloir que je rentre

On se lève tôt le lendemain pour abattre le travail que l’on avait prévu, et surtout rattraper le retard que l’on a pris, avec toutes ses soirées, toute cette fatigue accumulée !

Bonjour, je souhaite travailler avec vous, faîtes moi un devis

Super, un prospect nous a appelé. Il veut travailler avec nous, enfin ! C’est l’extase, la jubilation !

Cette sensation est tellement magnifique, que ce soit ta première fois que tu vas travailler avec un client, ou bien la centième !

Et c’est parti, on étudie la demande de l’entreprise, on prépare le devis, on s’engage sur un rendu.

Ah flûte, j’ai zappé, j’ai rendez-vous en fin d’après-midi ! Comment je vais faire, j’ai une soirée aussi ! Et demain, j’ai un dej …

Point de rupture ?

Je dois faire une pause, je dois faire une pause !

Tout commence à s’emmêler, le retard entraîne le retard, la surcharge amène la surcharge.
Impossible de stopper la machine qui est en route : nous avons tellement eu de mal à la lancer !

Les premiers indices d’un point de rupture arrivent, vous ne trouvez pas ?
Oui, mais, nous devons continuer, nous devons avancer !

Comment détecter le point de rupture, vous me direz ? Il existe quelques pistes :

  1. Décalez-vous souvent vos rendez-vous, plusieurs fois d’affilé ?
  2. Lors d’un rendez-vous, regardez-vous souvent l’heure ?
  3. Le soir, travaillez-vous jusqu’à 1 hr ou 2 hr du mat’, sans vous arrêter ?
  4. Les tâches administratives vous font-elles peur ? Avez-vous cette impression d’être surchargé(e) par les tâches administratives ?
  5. Vous répétez plus de 2 fois par jour je n’ai pas le temps
  6. Une fois endormi(e), vous réveillez-vous la nuit car vous avez oublié de faire une tâche ?
  7. Vous commencez à fuir les soirées réseaux que vous convoitiez temps au début ?
  8. On vous dit plus énervé(e), ou bien moins patient(e) ?

Pourquoi tu te plains, tu gères ton temps comme tu veux, non ?

Et cette remarque .. vous met hors de vous !

Alors, on fait quoi maintenant ?!

Faire une pause ?

Avant de continuer, imaginez un train, en marche, à toute vitesse, partant vers la destination de vos rêves.
Imaginez maintenant que c’est vous le conducteur, la conductrice du train.

Prenons par exemple ce grand train qui parcourt toute la Russie.

train de l'entreprise, faire une pause

Pourquoi donc ce train devrait faire des pauses ? Pourquoi avoir créé des escales ?!

  1. Faire le plein d’énergie
  2. Permettre aux passagers de faire des pauses (vous fumez peut-être ?)
  3. S’arrêter dans une ville et repartir le lendemain, ou quelques jours plus tard

Et si nous appliquions cela à notre entreprise ?

Faire le plein d’énergie

Toujours avec l’image du train (surtout quand il n’y a pas d’électricité en continue), le train a besoin de se ravitailler assez fréquemment pour ne pas s’arrêter sur la voie, et rester bloqué durant un long moment avant l’arrivée de camions citernes (et en Russie, surtout dans les steppes arides, ça peut mettre des jours, voire des semaines) !

Comment alors s’autoriser des pauses sans ressentir cette épée de Damoclès de la panne sèche ?

Ralentir la vitesse du train ?

Une grande mode existe depuis quelques années, elle touche de plus en plus le monde des entreprises, pour ses salarié(e)s :  la slow attitude.

Cet art de vivre autrement nous propose de ralentir son rythme, de retrouver une vie plus caler sur notre bio-rythme.
A la clef ? une meilleur qualité de vie, une productivité accrue, et même une meilleure créativité !

Je vous invite d’ailleurs à lire ce livre, sur la slow attitude et ses bienfaits, pour plus de précisions.

Si l’on ralentit la vitesse, on consomme moins d’énergie, on peut donc continuer plus longtemps avec le même plein, n’est-ce pas ?

Permettre aux passagers de faire des pauses

A force d’être assis, même si l’on peut se déplacer dans le train, ça peut devenir ennuyeux de voir toujours la même chose : des sièges, et encore des sièges.
Et puis, regarder par la fenêtre, voir défiler les paysages à toute vitesse, sans prendre une bouffée d’air frais, ça peut devenir frustrant.

Ne rien faire ou changer de lieu une fois par semaine ?

En descendant du train, rien que pour une pause de quelques minutes, on prend le temps de discuter autrement.
On prend aussi le temps de respirer l’air frais, de se dégourdir un peu les jambes.

Ces petits rituels, nous font du bien, et nous redonnent de l’énergie, essentielle, vu le temps de trajet prévu !

Je vous invite d’ailleurs à découvrir quelques astuces pour ne plus être débordé(e) :

 

S’arrêter dans une ville et repartir le lendemain, ou quelques jours plus tard

Et pourquoi ne pas s’arrêter durant quelques jours pour visiter le coin ?

Certaines, certains ont une âme de découvreurs. Partir à l’aventure, faire une longue pause de plusieurs jours, mois, ou même semaines ne leur font pas peur.

Ils profitent alors de la joie de découvrir un nouveau lieu, de nouveaux paysages, tout en sachant qu’ils pourront reprendre le train plus tard !

C’est sûr, oser laisser partir le train de son entreprise durant même une à deux semaines, c’est dur pour beaucoup d’entrepreneuses, et d’entrepreneurs, et ça s’explique !
On est en droit de se poser la question : peut-on et doit-on poser des vacances ?

Trouver son rythme, sans culpabiliser

Avec tous les conseils que l’on lit sur Internet, on se dit que nous devons, que nous sommes obligés de faire une pause, de faire des pauses.

Nous ne souhaitons pas, avec cet article, aller vers cette dynamique.

Certains indicateurs peuvent vous aider à détecter que vous entrez dans une période plus complexe, ou plus tendue dans la route vers le succès.
S’autoriser des pauses, sans culpabiliser, est un des objectifs les plus durs à atteindre .. s’il doit être atteint !

Avoir son premier client, c’est une réussite, et l’on savoure son plaisir !

Faire une pause, quel qu’elle soit, en est une autre, n’est-ce pas ?!

Le parcours vers la pause facile, sans se poser des questions, est-ce le nouveau Graal des entrepreneurs, entrepreneures !

 

Et vous, vous avez réussi à trouver votre rythme ?

 

 

 

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *