La famille, c’est une sacrée entreprise ?

La famille, c’est une sacrée entreprise ?

Ah la famille, c’est essentiel, non ? Ce sentiment d’appartenance, ce soutien, cet amour, ces sourires.
Et dans une entreprise, tu n’as pas l’impression d’être dans une famille ?

une famille heureuse

Portrait de famille

Tu te rappelles quand tu étais jeune, ce jeu où très vite les chamailleries arrivaient ? Un jeu où le but était d’avoir tous les membres de la même famille ?

Allez, je te laisse 5 secondes pour trouver à quoi je joue en ce moment, c’est un  jeu hyper connu … c’est c’est … le jeu des 7 familles bien sûr ! Comment ça, tu ne te rappelles plus des règles, ne sois pas triste, voici en détail les règles de ce jeu si passionnant, rien que pour toi !

Nous allons aussi jouer au jeu, ensemble, si tu le veux bien. Avant tout, je te présente toutes les cartes présentes, même si je suis sûr que tu as bien lu les règles maintenant.

bon, j’ai triché, tu verras, j’ai rajouté quelques membres de la famille

Prêt-e ?

Je demande l’aîné : tu l’as dans ton jeu ?

L’aîné-e, le grand-frère, la grande soeur

Si tu es l’aîné-e de la famille, tu es arrivé-e, en … premier. Oui, jusque là je te ne t’apprends rien, n’est ce pas ?!

Si je te dis que tu es l’élu-e ? L’être que ton père et ta mère attendaient réellement, avec craintes et envie.

Craintes, car tu es un être inconnu. Avant ton arrivée, Papa et maman savaient très bien s’occuper d’eux-mêmes, ils se connaissaient, ils ne pensaient qu’à eux.

Et lorsque tu es arrivé-e, tout a changé ! Cela a été un raz-de-marée : plaisirs, plaisirs et encore plaisirs, et puis crainte, peur, peur et encore peur.

La névrose des parents ressort ici, et surtout sur toi.

De plus, tu es celui qui devra s’occuper des prochains enfants qui viendront dans la famille.

Tu as une plus grande responsabilité, et tes parents comptent sur toi.

D’ailleurs, tu recherches souvent leur aval, tu attends souvent d’eux une validation de ce que tu fais.

On dit souvent de toi que tu as une place à part, tu as aussi plus de chances de devenir un leader, un meneur, une meneuse.

 

As-tu maintenant le cadet ?

Le cadet

Difficile pour toi de trouver ta place, non ?

En tant que second, tu es arrivé-e avec une aussi grande attente, et pourtant tu ne sais pas trop ce que tu dois faire.

Arrivé-e en deuxième, ce n’est pas facile, n’est ce pas ? Comment trouver ta place après le premier : soit tes parents vont attendre de toi tout le contraire, soit ils vont chercher en toi à corriger toutes les erreurs du premier … super la pression !

Et puis, pour les parents, ça y est, la famille s’agrandit. Ils n’ont plus un mais deux enfants à gérer. Commence alors une première répartition des rôles.

Tu as un caractère un peu plus calme, ou alors plus excentrique ? Comment tu te positionnes vis à vis de ton aîné-e ? Cherches-tu à te différencier ?

 

Et le benjamin dans tout ça ?

Le benjamin

Le benjamin, c’est le petit dernier qui vient d’arriver dans la famille. Tu as une place à part, toi aussi : tu apprends plus vite de tes aîné-e-s, tu es plus vite responsable.

Tes parents ne te font-ils pas plus confiance ? Tu ne trouves pas qu’ils te laissent aller plus facilement, qu’ils te laissent plus d’autonomie ?

Par contre, par moment, tu aimerais être plus écouté-e non ? Tu resteras toujours le petit dernier ou la petite dernière. Difficile même pour certains de voir que tu as grandi, que tu as fait ta place, et que tu es adulte.

Par moment, ça t’exaspère, tu n’es plus un bébé, non mais !

 

la fratrie

L’oncle, la tante

Autour de ce petit cocon familiale régissent des être importants qui font en fait partie intégrante de la famille.

Si tu demandes comme carte l’oncle ou la tante, tu retrouveras là une image parentale, sans les inconvénients.

Aux yeux des enfants de la famille (tes neveux ou nièces, pour ceux qui ne suivent pas la conversation …), tu es génial-e ! Tu es vu comme un super-héros, un enfant, un copain, une copine.

Tu sais que tu seras aimé-e, et en plus les enfants t’aimeront en retour.

On te fera confiance, et tu seras même là pour seconder papa ou maman quand ils seront fatigué-e-s.

C’est un super rôle tu ne trouves pas ?

Le grand-père, la grand-mère

Ah quel bonheur de penser à sa grand-mère ou à son grand-père !

Tu apportes cette sérénité qu’a besoin la famille. Tu es celle ou celui qui a vécu, qui a de l’expérience.

Avec l’aîné-e, tu vas apporter un savoir que tu pourras transmettre, souvent différemment des parents, qui sont souvent la tête dans le guidon : leur vie est souvent très (trop) remplie pour prendre le bon recul pour bien agir.

On te prend au sérieux, si tu n’es pas trop sérieux.
Souvent, tu nous racontes des anecdotes sur les parents, sur la famille.

Tu nous apportes une vision du passé, un souvenir de ce qui a été. Tu es un peu comme un éclaireur de vie, tu as une place unique dans la famille.

Et puis, tu as un formidable atout que les générations précédentes n’ont pas : tu es patient-e, et disponible, à 100% disponible.

Enfin, tu es par moment surpris de la nouvelle génération que tu trouves trop active, trop vive. Ca peut par moment t’exaspérer un peu, tu ne trouves pas ?

 

Aller courage, on a bientôt fini, plus que deux cartes

La maman, celle qui nourrit

Voici venu les deux dernières pierres angulaires de la famille.

Tout d’abord, la maman, la mère, tu véhicules tellement d’images, tellement de rôles.

Tu es tout d’abord celle qui donne la vie, sans toi, la famille n’existerait pas réellement. Tu vas nourrir chacun, chacune de ta famille.

oui, je sais c’est très caricaturale, ne te bloques pas sur cette vision, tu verras par la suite pourquoi je décris cette carte ainsi.

Avec l’instinct de nourriture, tu vas, tu vas ? oui, c’est ça, tu vas être la protectrice de ton foyer. Tu chercheras toujours à ce que les membres de ta famille ne souffrent pas : la sécurité est ton maître mot ! Sécuritééééé !

Ton côté maniaque (alors là, j’y vais encore plus dans les clichés, tu vas comprendre pour quoi après), ton envie que tout soit bien organisé, rangé, propre dans ta famille montre et exprime ce besoin de sécurité que tu as de manière presque inné chez toi.

Tu aimes tous les membres de ta famille, chacun à ta façon, n’est-ce pas ? Difficile de choisir et pourquoi choisir ?

Le papa, le chef de famille

Et enfin, voici le papa, le père de famille.

Il a le rôle plus emblématique : c’est celui qui a eu l’idée de la famille. Enfin, c’est ce qu’il pense. Tout est régi par lui et tout doit être comme il a décidé.

Tu penses être le maître absolu, et pourtant protecteur, et tes enfants te voient par moment trop comme le sauveur, ils se jugent, s’identifient grâce à toi. Ou bien par moment, ils entrent alors en opposition avec toi.

Tu aimes pourtant, comme la maman, tes enfants, et tu veux et souhaites le bien pour eux.

Mais par moment, tu recadres fortement (trop) tes enfants, ta femme : difficile d’accepter que ça n’avance pas comme tu veux !

Mais quelle vision macho, sexiste, tu as là !

Et bien oui, et … non en fait, un peu de patience encore, et tu verras pourquoi je parle de tout ça.

Être patient, sans préjugé

Avoues, tu t’es retrouvé-e dans l’une des cartes, non ?

Et l’entreprise dans tout ça ?

Ca se passe comment en entreprise ?

Tu pensais que je te faisais un article sur ta famille, comme l’on peut le trouver sur psychologie magazine ou d’autres blogs très instructifs, et bien … c’est raté ! Ou pas.

Maintenant, regardes bien toutes les cartes et retrouves-les dans ton entreprise : que tu sois salarié-e, ou bien patron-patronne, tu vas les voir apparaître, avec leurs qualités, leurs axes d’amélioration.

Ca y est tu les vois ?

Es-tu l’aînée-e dans l’entreprise : tu es le premier, la première arrivé-e ? Tu as ressenti quoi, toi le patron, la patronne, quand ton premier salarié est arrivé.

Et d’aîné, tu es devenu-e le grand-père, la grand-mère, avec ton expérience, et … ton âge. Tu n’as pas remarqué le changement d’attitude qu’ont les nouveaux venus envers toi ? Un certain respect, et pourtant tu ne ressens pas une certaine distance : la différence de génération ?

En fait, tu vas découvrir que toutes ces cartes, ces rôles, tu les as créés inconsciemment dans ton entreprise : que tu sois un homme, une femme.

Tu vas rejouer consciemment ou non, des règles qui régissent une famille.

Sortir du cercle familial

Alors pourquoi je te parle de tout ça ?

Et bien, tout d’abord, ça peut être un jeu dans ton entreprise que tu peux faire : découvrir qui est qui : quel(s) rôle(s) existent, quel(s) étiquette(s) tes salariés, toi, ont de manière consciente ou non.

Le jeu : qui je suis dans l’entreprise

Voilà ce que je te propose :

Réuni tous tes salariés, j’ai bien dit tous tes salariés. Et met en place le jeu Etiquettes and family.

Et reviens lire cet article dans une semaine ou deux.

Ca y est, tu l’a mis en place ?

Qu’as-tu ressenti ? Ca a révélé des points importants dans ton entreprise ?

Un chemin pour la suite de ton entreprise ?

Une fois que tu as pris conscience que ton entreprise tourne comme une famille, tu peux alors réfléchir à comment la faire avancer : souhaites-tu toujours qu’elle reste une famille ? que se passe-t-il quand une nouvelle personne arrive dans la famille ?

Et puis, après ta petite entreprise, tu vas peut-être vouloir qu’elle grandisse, grandisse encore et encore. Quand on pense à des entreprises comme Facebook, comme Google, ou Zappos, ce sont encore des familles selon toi ?

L’esprit familial est véhiculé comme quelque chose de positif, un atout comparé à d’autres entreprises.

Dans un prochain article, nous parlerons plus en détails des problèmes d’un esprit familial, parfois profonds, où il peut devenir difficile de renverser la vapeur une fois le navire lancé dans une direction.

Et puis, si tu as entendu parlé d’entreprise agile, entreprise libérée ou participative, la famille, l’esprit familial est-il encore présente ?

demain toutes les entreprises identiques

Tout le monde pareil ?

Doit-on à tout prix enlever l’esprit familial ?
Les startups insufflent une certaine image de la société idéale. Et pourtant, je ne pense pas qu’il s’agisse d’un modèle obligatoire à suivre, au risque de vouloir faire toutes et tous pareil.

Normaliser l’entreprise, lui donner des codes que tout le monde doit respecter, sous peine d’être considéré-e comme une mauvaise entreprise, ça n’amène rien de bon.

Récemment j’ai interviewé un entrepreneur et il me disait : je suis en train de passer à l’entreprise libérée.

Je lui demande pourquoi :

Parce qu’il le faut, sinon, on est mort

Je ne suis pas d’accord avec ça, et pourtant je le comprends tellement !

Par manque de repère, avec un monde qui bouge tout le temps, on se dit que c’est sans doute la nouvelle voix, la seule, l’unique : le messie qu’on attendait toutes et tous.

 

La famille a des effets positifs sur les personnes, car l’on vient toutes et tous d’une famille.

A nous de voir comment l’on définit la famille et ce que l’on attend d’elle, en entreprise ou chez soi, tu es d’accord avec ça ?

 

 

 

 

 

 

 

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *