La créativité, moteur des entreprises, à l’Université Jules Verne 2017

La créativité, moteur des entreprises, à l’Université Jules Verne 2017

Aller à l’université pour un entrepreneur, c’est comme faire un bon dans le passé. Revenir à nos années FAC (pour ceux et celles qui ont fait la fac, bien sûr), s’endormir dans les amphis, être libre de venir ou non à un cours … la vraie liberté d’être étudiant-e !

Je te rassure, je ne vais pas te faire de cours théorique sur l’entrepreneuriat.
Je te propose plutôt un compte-rendu de la journée du jeudi 06 juillet 2017, à l’Université Jules Verne, à Nantes.

Quelles belle journée juste avant l’été ! C’est parti pour la rétro (donnez-moi un R, un E, …)

partir à l'université Jules verne 2017

Le thème de l’Université Jules Verne 2017

Pour apporter de la nouveauté dans une entreprise, dans nos vies, qu’a-t-on le plus de besoins ?

Pour transformer un objet en un autre, quelle qualité doit-on cultiver ?

Je te laisse 10 secondes, c’est parti !

Déjà, tu as déjà trouvé ? Bravo !

C’est, bien entendu, la créativité !

Etre créatif, avoir de la créativité

Est-ce un état d’esprit, un trait de personnalité, ou bien une compétence que tout le monde a et peut développer ?

Etre créatif, c’est avant tout créer quelque chose qui n’existe pas, n’est-ce pas ?

Créatif vient du mot création. Et la création, c’est avant tout faire exister quelque chose du Néant.

Et qu’elle est la première actrice de la création : La vie ! Nous pouvons ainsi dire que nous sommes toutes et tous issus de deux êtres les plus créatifs : nos parents !

Gardons à l’idée que nous sommes toutes et tous avec un potentiel de créativité

Et pourtant, il va s’exprimer plus ou moins fortement suivant la personne, et sa personnalité.

Qu’apprend-on à l’Université Jules Verne, cette année ?

Cette journée était consacrée à l’une des compétences clefs pour les décennies à venir.

Elle n’est pas l’innovation

Non non la créativité n’est pas l’innovation, et l’innovation n’est pas que la créativité.

On peut être créatif sans innover.

Par contre, on doit être créatif pour innover.

Innover, c’est savoir mettre en application, en exécution une idée, une création.

Avoir une idée : c’est inventer

Déployer et vendre son idée, c’est innover.

Une des trois compétences clefs

C’est l’un des points clefs de la journée de jeudi dernier : la créativité va devenir une des valeurs / compétences clefs à avoir pour être dirigeant-e, ou bien pour être un employé qui réussit (le lien est en anglais, mais n’oublions qu’ils ont souvent un train d’avance sur nous, non ?)

Sur certains sites de formations professionnelles (français, oui, tu as bien lu), ils reconnaissent enfin cette compétence clef qu’est la  créativité comme une compétence clef pour le futur !

Créer le climat de créativité

Des personnes peu créatives (dîtes peu créatives) qui le deviennent, des designers qui perdent leur créativité (stéréotype ?), nous avons aussi vu l’importance du contexte pour générer de la créativité.

Avoir confiance et se sentir en confiance

Tu es null, j’ai pas confiance en toi ! 

Dis pas ça, c’est de la merde, ça vaut rien !

Oh l’autre, il fait ça, tu as vu, il est vraiment un moins que rien …

Je suis certain qu’avec ce genre de phrases, tu as envie de proposer tes idées  … Ca donne tellement envie de sentir comme une vieille sous crotte qui a même pas sa place dans les toilettes …

Etre dans un contexte où la confiance est présente, où le jugement est absent ou atténué, ne serait-il pas une des clefs pour se sentir plus créatif ?

Mais le climat de confiance doit aussi être un climat de création.

Un-e entrepreneur-e qui n’est pas créatif-ve, qui ne croit pas à la créativité, au libre arbitre créatif, tuera dans l’œuf toute initiative créative !

Il ne suffit pas de dire : je veux que tout le monde soit créatif pour que chaque salarié devienne créatif

Un climat de confiance amène en plus plus de bonheur dans l’entreprise.

L’auto-censure

interdit auto censure creativite

Avec un climat de confiance négatif, ou bien par personnalité, nous apprenons durant cette belle journée, que des personnes s’auto-censurent, alors qu’elles sont sans doute très créatives !

Alors aidons-les à s’exprimer, enlevons les blocages passés !

Si tu souhaites comprendre toutes les clefs de la confiance en soi, je t’invite à lire ce livre (je t’en reparlerai bientôt plus en détails) : le pouvoir de la confiance.

Autoriser l’échec

Créer, c’est aussi accepter que sa création ne fonctionnera pas.

Et cette culture de l’échec n’est pas encore dans les mœurs de toutes les entreprises.

Faire une erreur, c’est découvrir ce que l’on pourra faire de mieux pour la prochaine fois.

Cela permet la créativité.

Ne pas se sentir juger dans ses erreurs, autoriser l’échec, pour ne pas dire c’est un échec.

Il faut plutôt y voir une nouvelle façon de voir un problème, une idée.

Cultivons l’échec pour libérer la créativité !

Une méthodologie pour être créatif

Vérifions nos notes :

  • tu as créé un vraiment climat de confiance ?
    • check
  • tu crois réellement que la créativité est une bonne chose ?
    • check
  • tu laisses tes salariés être créatif
    • check

Hmm, oui, c’est bon, tu peux passer à la suite de l’article.

Les facilitateurs, les formateurs pour apporter de la connaissance

Faciliter les groupes, permettre à la créativité d’exister, voilà le rôle des facilitateurs.

Grâce à eux, tout le monde peut bien travailler, et être plus créatif.

Les formateurs aussi sont importants (que ce soit des formateurs officiels, ou des formateurs auto-proclamés).

Il faut par contre qu’ils aient une approche plus ouverte, moins paternaliste.

Auparavant, le savoir se transmettait de l’enseignant vers l’élève, avec des élèves qui devaient se taire. Maintenant, avec Internet, le savoir existe, même sans les enseignant-e-s.

Il faut revoir notre pédagogie, notre éducation, et l’Education.

Se mettre en mode survie ?

Durant la journée, plusieurs conférenciers ont proposé l’idée qu’il faut nécessairement se mettre en mode survie pour générer la créativité bienfaisante.

L’idée vient du mythe de la startup et du garage. Ce mythe qui en devient presqu’un fantasme nous amène à croire que la souffrance a permis, dans un garage, sans argent, a permis de créer les plus belles entreprises.

Ainsi, il faudrait, même dans un incubateur d’entreprises, mettre les jeunes startups en difficulté.

Oh oui, j’aime quand tu souffres

Ca en devient presque masochiste ! Prôner que la souffrance, la carence amène nécessairement la créativité a ses limites.

Pensons à toutes ces personnes en difficulté, il leurs est difficile d’être créatif car leur cerveau est … en mode survie. Ils seront créatifs, mais pas nécessairement sur les bons sujets.

Une étude (en anglais) démontre d’ailleurs l’infondé de ce principe : être dans un climat positif, ressentir des choses positifs, être dans un état positif favorise la créativité.

Passer à la relaxation, être détendu-e

Quoi de mieux que de ne pas penser à ce que l’on cherche pour qu’il apparaisse dans notre esprit ?

Une ballade en forêt, une séance de méditation, et voilà que la créativité revient, n’est-ce pas ?

Notre cerveau est en mode alpha et devient alors plus créatif !

Les nudges, une méthode douce, pour cadrer la créativité

Quoi, vous ne connaissez pas les nudges ?

En fait … moi non plus, avant la journée du jeudi, à l’Université Jules Verne.

Un nudge, c’est une méthode douce pour aider la créativité à se mettre en place, tout en gardant son libre arbitre.

C’est un post-it Apple au lieu d’u post-it IBM pour décupler la créativité.

C’est un panneau “Impasse” au lieu d’un “Sens interdit” sur une route.

poisson créatif universite jules verne 2017

Oser sortir de son métier

“Vous n’allez pas m’apprendre mon métier ?!”

Tu connais sûrement cette phrase, et je suis sûr que tu l’as déjà entendu autour de toi, non ?

Durant la journée, nous avons appris qu’il faut bannir cette phrase, tout simplement.

Les jeunes peuvent apprendre aux plus expérimentées.

Une vision différente peut apporter une ouverture dans un Business Model mourant.

C’est en étant toujours curieux, en se remettant en question, constamment, que nous pourrons permettre à nos entreprises de continuer à exister demain.

 

L’Université Jules Verne, ce sont aussi des conférenciers remarquables

L’ensemble des intervenants, dans les conférences, tables rondes et ateliers étaient d’une qualité remarquable !

Un grand merci à l’Université Jules Verne, à ses organisateurs et organisatrices, pour le résultat obtenu : avec intention, et intégrité, vous avez réussi à nous prouvez vos compétences, encore une fois cette année !

C’était un rendez-vous vraiment remarquable !

Parmi tous les conférencier-e-s, j’en ai retenu trois qui sont sortis du lot :

Luc de Brabandere, Erik Orsenna et Christian Guellerin.

 

Et si c’était à refaire ? Rendez-vous pour l’Université Jules Verne 2018.

 

Tu y es allé-e cette année ? Qu’en as-tu pensé ?

 

 

 

Avant de partir, je t’ai laissé ma carte heuristique de la journée :

4 réactions au sujet de « La créativité, moteur des entreprises, à l’Université Jules Verne 2017 »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *