Bien s’entourer – Le top 11 à apprendre en 7 ans – La fin

Bien s’entourer – Le top 11 à apprendre en 7 ans – La fin

Bien s’entourer c’est essentiel. Cela passe par des rencontres, de belles rencontres mais aussi par des rencontres plus toxiques, que l’on ne voit pas toujours sur le coup.

Nous touchons à la fin de cette belle aventure des 11 points parmi les plus importants que j’ai retenus des 7 ans de ma dernière société. Je te présente ici les 3 derniers points du top 11.

Oh non, pas déjà !

J’en referai, c’est assuré ! Centrés sur un domaine ou un événement en particulier, et toujours centré sur la gestion d’une entreprise, pour de vrai.

de bonnes relations, centrées sur la confiance

Top 9. Bien s’entourer, au plus vite, de professionnels de confiance

Quand tu crées ton entreprise, la première chose que tu ressens c’est une sensation de liberté, d’indépendance.

I’m free, like a river.

Petit moment détente, rien que pour toi :

Ca y est tu as la chanson en tête, n’est-ce-pas ? Merci qui !

Cette indépendance, ça devient vite la pierre angulaire de tout ce que tu vas faire ou ne pas faire. Et tu as bien raison !

Quel bonheur de pouvoir décider ce que l’on veut, ne plus rendre des comptes à quelqu’un … ah attends, stop, tu le crois vraiment ? Oui, rendre des comptes, tu penses vraiment que tu es si indépendant que ça ?

Je n’ai pas envie de casser cette idée, tu es libre, oui, très libre, et pourtant, tu vas rendre des comptes.

Oh que oui, et tu vas vite remarquer (si ce n’est pas déjà fait), que tu vas devoir rendre des comptes :

  • à tes clients
  • à tes salariés
  • à l’administration

Belle vision de l’entreprise que je t’apporte là !

Bon, on va arrêter de se morfondre, et on va chercher un peu plus loin. Tu es prêt-e ?

Tu as besoin d’aide pour réaliser ton site web, pour ta compta, tu fais comment ?

Je fais tout seul, je suis sûr d’y arriver !

Et tu seras indépendant dans tes choix, tes actes, tu as tout à fait raison !

Et tout d’un coup, un prospect que-tu-ne-peux-pas-louper arrive, et tu dois mettre toute ton énergie dans la réalisation de la proposition commerciale. Or, tu dois tout envoyer à l’URSSAF, la semaine prochaine, pour les déclarations sociales.

Tu es … dans la merde, oui dans la merde !

L’anecdote

Durant la première année de mon entreprise, j’ai été contraint de suivre ma comptabilité seule.

Heureusement que j’avais suivi des cours de compta

En fait, pas du tout, enfin, je croyais pouvoir bien gérer la compta.

Et puis, j’ai rencontré un comptable extraordinaire qui m’a convaincu de travailler avec lui. Il a repris l’ensemble de ma compta et …

nous avons pleuré ensemble durant des semaines, car c’était assuré, ce n’est pas mon domaine de compétence !

Durant 6 ans, j’ai eu une relation de confiance très forte avec mon comptable.

Ce qui n’empêche pas la vigilance

Pour tes notes

Bien s’entourer c’est très important, et dès le début de ton entreprise.

Bien s’entourer, c’est chercher et consolider des relations de confiance.

Et ce n’est pas qu’avec ton comptable que tu dois bien d’entourer. Cela passe par tout corps de métier que tu peux aider, et qui pourra t’aider en retour.

Tu noteras le sens : aide d’abord, avant de chercher de l’aide. Et fais le sincèrement.

Tu découvriras alors que nous avons toutes et tous besoin des autres, comme les autres ont besoin de nous. C’est ce que l’on appelle l’interdépendance

Travaille ton interdépendance, non pas avec un intérêt commercial, mais plutôt avec sincérité.
Tu verras c’est merveilleux !

travailler ensemble

Top 10. Arrêter plus vite la collaboration avec les partenaires toxiques

Nous parlions juste au-dessus des partenaires de confiance que tu vas te faire durant toute la vie de ton entreprise.

Ils sont essentiels, et deviendront le ciment de ton entreprise.

Mais, par moment, tu vas rencontrer des partenaires, que tu crois bons, sincères,

Et qui vont changer.

Au fil du temps, du travail que tu vas réaliser avec eux, ou des échanges que tu auras avec eux, tu vas remarquer quelques petits cailloux dans les rouages de votre collaboration.

Rien d’important tu te diras.

Je ne vais pas m’arrêter à ces petits problèmes

Et je te comprends, ce partenaire t’a peut-être apporté de l’aide, une grande aide. Il peut s’agir de ton comptable aussi, avec qui tu collabores depuis tellement d’années.

Je ne vais pas arrêter une collaboration si longue, ça serait dommage de tout reconstruire.

Et si ces collaborations étaient en fait nuisibles, voir toxiques ?

Quand tu as des fourmis chez toi, qui rentrent dans ta maison, tu fais quoi ? tu les laisses découvrir ta maison ?

L’anecdote

Après quelques années d’activité, j’ai rencontré un partenaire qui nous a apporté un des plus gros clients de l’entreprise.

J’étais ravi !

Cette relation au début était vraiment saine et positive.

Au fil du temps, pourtant, et durant les 3 ans de relation que nous avons eus, des cailloux tout petits au début, et de plus en plus gros à la fin, sont venus entâcher ce que je pensais comme bon et positif.

En fait, cette relation allait m’empoisonner petit à petit

Je ne le voyais pas au début, et pour tout dire, c’était presque imperceptible.

J’aurais du écouter ma femme, je te vois venir ! Oui, je pense que tu as raison.

Et pourtant, de mon point de vue en ce temps-là, j’étais réellement convaincu du bien-fondé de cette relation.

Elle m’a apporté beaucoup, mais m’a beaucoup pris.

Il m’a fallu un certain temps pour m’en remettre.

Et j’ai réussi : en prenant la bonne décision (arrêter la collaboration, stopper les échanges, et apprendre de ses erreurs).

Pour tes notes

Il est bien souvent difficile à détecter les relations toxiques.

Même avec plusieurs années d’expérience en entreprise, même en étant observateur, en se posant et en analysant chaque collaboration, il peut être vraiment difficile de le savoir, lorsque l’on démarre un partenariat.

 Et tout analyser est bien souvent contraire à l’aventure entrepreneuriale

Alors, oui, il est très important de bien s’entourer, en plus de ses partenaires, pour nous aider à bien détecter les mauvaises relations.

Et surtout, dès que c’est détecté, il faut savoir dire non, savoir dire stop, avec force et conviction.
Ne pas regretter, et avancer.
Faire un choix, prendre une décision, avec toute la liberté et l’indépendance d’un-e entrepreneur-e.

Mais surtout, fais le vite ! Le plus vite possible !

Le coût, sinon, peut être exponentiel !

pour toi, ta famille,

pour tes salariés, pour ton entreprise.

attention aux relations toxiques

Top 11. Refuser les clients pauvres

Booh les clients pauvres, partez, on ne veut plus de vous !

Ah … là, ça y est, je t’ai choqué-e. Si si, avoue-le.

Je parle ici des clients, tu as bien lu.

Des clients pauvres, et surtout ceux qui sont pauvres dans leur tête.

L’argent est toujours un vecteur de réussite pour ton entreprise, tout le monde te le dit, je te le dis aussi.

Et surtout ta trésorerie !

Malgré tout, le manque d’argent peut bloquer l’esprit d’un client, d’une entreprise.

Tu vois de quel client je te parle ? Tu sais c’est le genre de client qui tire toujours les prix vers le bas.

Qui ne sait pas s’engager, qui veut revoir dix fois le devis que tu lui as proposé (et où tu as passé des heures et des heures de travail).

Ce client qui :

  • ne comprend pas que plus tu veux quelque chose de qualité, plus ça coûte cher.
  • te donne des leçons, qui te dit : oh tu sais j’ai mon ami, (tu peux mettre qui tu veux : ami, copain, famille, …), il travaille dans ton métier, et il m’a dit que c’est simple à réaliser.
  • te dit : vous savez si ça ne tenait qu’à moi, mais c’est ma direction, ce n’est pas moi qui décide.

L’anecdote

Quand ma société a commencé à décliner, j’ai du accepter certains compromis qu’en temps normal je n’aurai jamais accepté.

Ce genre de compromis, tu sais, où tu te dis, ah je n’aurai jamais du le faire.

Quant tu as besoin « de manger« , tu n’as pas la même vision lucide, et clairvoyante, que tu as d’habitude.

Alors tu acceptes des contrats où tu passes des dizaines d’heures d’échanges, de versions de devis et de propositions commerciales, avec le prospect, et …en fait, tu es content quand tu contractes enfin, vraiment.

J’étais réellement content ! Ca allait pouvoir payer les salaires de mes salariés, nous allons continuer l’aventure, passer le moment difficile.

Et bien, c’était une belle erreur. Je suis tombé avec un client capricieux, qui refusait de voir la réalité en face : ce qu’il désirait était deux fois plus cher que son budget pouvait accepter.

Au début, il l’a accepté. Et petit à petit, à force de lui dire

Cette demande n’était pas prévue dans le budget, je vais devoir vous la facturer

J’ai vu ce gentil client changer, telle une sclérose qui ronge petit à petit.

Au début, tu reçois des « oui, ok, je comprends, on va faire autrement ».

A la fin, tu reçois « c’est ta faute si notre activité va pas bien, c’est de ta faute, et il y a trop de bugs, ça fait fuir les clients » sans fondement, sans aucune preuve à l’appui.

Pour tes notes

Fuis ce type de client difficile, parasite !

Fuis-les le plus loin possibles !

Et si tu ne peux pas faire autrement, dis-toi alors que tu vas apprendre, tu vas réellement apprendre, sur toi-même, sur ton entreprise, sur tous les processus, sur ton activité, sur ton service client, mais surtout sur ce qui ne va pas.

C’est une sorte de crash-test pour ton entreprise.

En ayant des clients difficiles, tu testes la solidité de ton entreprise.

De là à dire, qu’en fait, il faut des clients pauvres, à toi de voir …

savoir gérer les clients pauvres

 

Parmi ces 11 points, lequel ou lesquels as-tu retenu, ou déjà vécu ? Laisse moi un commentaire pour échanger.

 

 

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une réaction au sujet de « Bien s’entourer – Le top 11 à apprendre en 7 ans – La fin »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *